Critères universels ?

Faut il sectoriser la critérisation ou faut-il au contraire créer des indicateurs universels qui soient applicables à toutes les entreprises et organisations ?
Trois possibilités d’évaluation ont été abordées :

1/Critères universels
Chaque critère doit pouvoir s’appliquer à toute forme d’entreprise. Une unique grille d’évaluation permet d’évaluer tous types d’entreprises. Le nombre d’indicateurs est réduit car le référentiel universel ne peut aborder les spécificités de chaque secteur d’activité. Il offre cependant l’avantage de présenter un outil à la fois simple et lisible par l’ensemble des acteurs du marché.

2/Critères par secteur d’activité
Une grille de critères propre à un secteur donné ou à une branche d’activité (ex : nettoyage, bâtiment, métallurgie) permet de mieux calibrer les indicateurs en fonction des spécificités d’un secteur. Il est difficile en revanche de mener une comparaison entre deux secteurs d’activité puisque les indicateurs retenus diffèrent entre l’un et l’autre.

3/Mix des deux formats précédents
En plus d’un socle commun d’indicateurs incontournables (handicap, insertion…), des indicateurs élaborés en fonction des spécificités de chaque secteur d’activité viennent se greffer. Cette méthode permet de rendre possible la comparaison entre des entreprises aux activités très différentes tout en offrant un outil précis d’analyse au sein d’un secteur d’activité donné.